L'Initiative internationale "4 pour 1000"

Les Sols pour la Sécurité Alimentaire et le Climat

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Ressources
System
Actualités à la Une
- Autres newsletters
Ressources archivées
Sys-Validé
- Documents officiels
- Articles dans les médias généralistes
- Guides et rapports
- Audio Video Infographies
- Articles thématiques dans les médias spécialisés
- 4 pour 1000 Newsletters
- Outils web
- Publications scientifiques et techniques de référence
Articles et publications
Documents officiels 4 pour 1000
- Témoignages et success stories
Autres ressources
Actualités en cours
Actualités archivées
Ressources à la Une

S'impliquer dans l'Initiative internationale "4 pour 1000"

 

Agir deQuelle manière ?

Vous avez la possibilité d’agir au sein de l’un ou l’autre des volets de l’Initiative, en promouvant des actions pour une meilleure gestion du carbone des sols afin de lutter contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire, tout en contribuant à l’adaptation au changement climatique et à l’atténuation des émissions, grâce à :

  1. Une gestion locale : la mise en œuvre au niveau local de pratiques agricoles et de gestion des milieux favorables à la restauration des sols, à l’augmentation de leur stock de carbone organique, à la protection des sols riches en carbone et à la biodiversité ;

     

  2. La formation : la mise en place de programmes de formations et de vulgarisation pour favoriser ces pratiques ; le financement des projets de restauration, d’amélioration et/ou préservation des stocks de carbone dans les sols ;

  3. Les politiques publiques : l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques et outils adaptés ;

  4. Les chaînes d’approvisionnement : le développement de chaînes d’approvisionnement en produits agricoles respectant les sols…

  5. Le programme international de recherche et de coopération scientifique : “Le carbone dans les sols : un enjeu de sécurité alimentaire”, portant sur quatre questions scientifiques complémentaires :
    – l’étude des mécanismes et l’estimation du potentiel de stockage du carbone dans les sols selon les régions et les systèmes.
    – l’évaluation des performances des pratiques agricoles vertueuses et de leurs conséquences sur la séquestration et sur les autres services de production et de régulation.
    – l’accompagnement des innovations et leur stimulation par des politiques adéquates.
    – le suivi, la notification et la vérification des résultats (MRV- measuring, reporting and verification), en particulier à destination des agriculteurs.

Les projets, actions concrètes et résultats en la matière, en particulier les résultats de la recherche, pourront être échangés sur la plateforme collaborative permettant ainsi à chacun de bénéficier de l’expérience de tous.

Quel Collège ou Groupe du "4 pour 1000" Pourriez-vous rejoindre ?

Les États, les organisations, collectivités ou communautés publiques, régionales ou internationales, les organisations scientifiques ou techniques, les institutions de recherche et d’enseignement, les organisations professionnelles agricoles et forestières, les institutions financières, les organisations de la société civile, les fondations et les entreprises, pourront rejoindre le Forum des Partenaires dès qu’ils exprimeront le souhait de partager les principes et objectifs de l’Initiative définis dans la Déclaration d’intention.

Le Forum des Partenaires de l’Initiative internationale “4 pour 1000” est constitué de cinq collèges :

• États, collectivités locales et organisations internationales et régionales, banques de développement
• Institutions de recherche et d’enseignement
• Organisations de producteurs agricoles et forestiers
• Organisations de la société civile et fondations à but non lucratif
• Organisations à caractère commercial ou à but lucratif ;

et d’un Groupe « Bailleurs de fonds ».

Etats et collectivités locales

Les États et les collectivités locales s'engagent à :

  • Appuyer une Initiative internationale sur les sols avec un triple objectif “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Soutenir l’agriculture et la foresterie comme secteurs contribuant à la lutte contre le changement climatique
  • Lutter contre la dégradation des terres tout en ayant un impact positif sur la sécurité alimentaire
  • Reconnaître que les sols sont vitaux pour la vie sur terre et que les sols vivants préservent la biodiversité
  • Reconnaître que Stocker du carbone dans les sols c’est lutter contre le changement climatique, accroître leur fertilité, leur capacité de rétention d’eau et donc potentiellement les rendements, réduire leur sensibilité à l’érosion, c’est permettre à des familles rurales, des agriculteurs, de mieux vivre de leur travail de la terre, de mieux en tirer profit en restant sédentaire, et donc de limiter les flux migratoires
  • Inscrire les politiques publiques d’accompagnement du stockage du carbone dans les sols dans la durée, au-delà de la pratique habituelle d’un plan quinquennal, en retenant une autre échelle temporelle (demi-siècle ou siècle par exemple)
  • Travailler à l’ouverture des marchés du carbone à de nouveaux secteurs comme l’agriculture et l’agroforesterie
  • Valoriser la part de l’agriculture et la foresterie dans les NDCs
  • Poursuivre les efforts entrepris pour reconnaître la place de l’agriculture dans la lutte contre le changement climatique
  • Permettre aux consommateurs de s’investir dans un processus de lutte contre le changement climatique via un choix de produits issus de mode de production agricole plus proche de la nature
  • Investir pour l’avenir en soutenant des pratiques, des projets, et des politiques favorisant le stockage du carbone dans les sols avec des objectifs multiples “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Faire connaître des pratiques, des projets et des politiques pour lesquels le ou les porteur(s) recherche(nt) des financements
  • Choisir de transmettre et promouvoir des savoirs et des pratiques en faveur de l’agro-écologie

Et aussi...

  • Accompagner la transition des systèmes agricoles à travers la mise en place d’un environnement réglementaire adapté
  • Mettre en place des programmes de formations pour les agriculteurs et les conseillers du développement agricole visant à améliorer la teneur des sols en matière organique
  • Accompagner la transition des systèmes agricoles à travers la mise en place d’un environnement réglementaire adapté
  • Adopter des politiques publiques adaptées, notamment en matière de foncier comme les Directives volontaires pour une gouvernance des régimes fonciers (CSA 2012) et de gestion durable des sols
  • Financer la mise en œuvre de projets de développement ou de recherche s’inscrivant dans la démarche de l’initiative « 4 pour 1 000 »
  • Développer des politiques d’approvisionnement en produits agricoles encourageant la gestion durable des sols à travers la commande publique le cas échéant
  • Mobiliser les parties-prenantes pour les inciter à prendre des actions pour protéger les sols en faveur de la sécurité alimentaire et du climat
  • Lutter contre la dégradation des terres tout en ayant un impact positif sur la sécurité alimentaire
  • Inscrire les politiques publiques d’accompagnement du stockage du carbone dans les sols dans la durée, au-delà de la pratique habituelle d’un plan quinquennal, en retenant une autre échelle temporelle (demi-siècle ou siècle par exemple)
  • Aider l’agriculture et la foresterie comme secteurs contribuant à la lutte contre le changement climatique
  • Recenser, adapter et faciliter la diffusion des bonnes pratiques et s’assurer qu’elles correspondent bien aux attentes des producteurs, en lien avec la recherche, les acteurs du développement et les organisations professionnelles agricoles.
  • Contribuer et encourager l’adoption de nouvelles pratiques permettant de stocker davantage de carbone tout en augmentant la fertilité et la résilience des sols, en lien avec la recherche, le développement et les autres parties prenantes.
  • Encourager l’approvisionnement en produits issus de pratiques bénéfiques pour le carbone des sols comme elles le font pour la déforestation
  • Proscrire des chaînes d’approvisionnement les produits issus de pratiques induisant la dégradation des sols

Organisationsinternationales

Les Organisations Internationales s'engagent à :

  • Appuyer une Initiative internationale sur les sols avec un triple objectif “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Soutenir l’agriculture et la foresterie comme secteurs contribuant à la lutte contre le changement climatique
  • Lutter contre la dégradation des terres tout en ayant un impact positif sur la sécurité alimentaire
  • Reconnaître que les sols sont vitaux pour la vie sur terre et que les sols vivants préservent la biodiversité
  • Reconnaître que Stocker du carbone dans les sols c’est lutter contre le changement climatique, accroître leur fertilité, leur capacité de rétention d’eau et donc potentiellement les rendements, réduire leur sensibilité à l’érosion, c’est permettre à des familles rurales, des agriculteurs, de mieux vivre de leur travail de la terre, de mieux en tirer profit en restant sédentaire, et donc de limiter les flux migratoires
  • Inscrire les politiques publiques d’accompagnement du stockage du carbone dans les sols dans la durée, au-delà de la pratique habituelle d’un plan quinquennal, en retenant une autre échelle temporelle (demi-siècle ou siècle par exemple)
  • Travailler à l’ouverture des marchés du carbone à de nouveaux secteurs comme l’agriculture et l’agroforesterie
  • Valoriser la part de l’agriculture et la foresterie dans les NDCs
  • Poursuivre les efforts entrepris pour reconnaître la place de l’agriculture dans la lutte contre le changement climatique
  • Adopter des modes de production plus proche de la nature (agro-écologie) tout en améliorant le retour sur investissement et en réduisant les coûts et en augmentant les rendements donc potentiellement les gains
  • S’inspirer et apprendre des pratiques culturales traditionnelles faisant une place de choix aux arbres au cœur de la production agricole, comme dans les systèmes agroforestiers
  • Relever le défi scientifique d’une meilleure connaissance du stockage du carbone dans les sols, stockage aux multiples effets bénéfiques, afin de mieux maitriser les facteurs favorables à ce stockage et l’équilibre entre les nutriments
  • S’atteler au défi de l’élaboration de méthodes de mesures et d’évaluation des quantités de carbone stockées dans les sols et ce à moindre coût
  • Investir pour l’avenir en soutenant des pratiques, des projets, et des politiques favorisant le stockage du carbone dans les sols avec des objectifs multiples “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Faire connaître des pratiques, des projets et des politiques pour lesquels le ou les porteur(s) recherche(nt) des financements
  • Choisir de transmettre et promouvoir des savoirs et des pratiques en faveur de l’agro-écologie

Et aussi...

  • Accompagner la transition des systèmes agricoles à travers la mise en place d’un environnement réglementaire adapté
  • Mettre en place des programmes de formations pour les agriculteurs et les conseillers du développement agricole visant à améliorer la teneur des sols en matière organique
  • Mobiliser les parties-prenantes pour les inciter à prendre des actions pour protéger les sols en faveur de la sécurité alimentaire et du climat
  • Lutter contre la dégradation des terres tout en ayant un impact positif sur la sécurité alimentaire

Bailleurs de fonds publics et privésTous organismes de financement

Les Bailleurs de fonds publics et privés s'engagent à :

  • Appuyer une Initiative internationale sur les sols avec un triple objectif “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Soutenir l’agriculture et la foresterie comme secteurs contribuant à la lutte contre le changement climatique
  • Lutter contre la dégradation des terres tout en ayant un impact positif sur la sécurité alimentaire
  • Reconnaître que Stocker du carbone dans les sols c’est lutter contre le changement climatique, accroître leur fertilité, leur capacité de rétention d’eau et donc potentiellement les rendements, réduire leur sensibilité à l’érosion, c’est permettre à des familles rurales, des agriculteurs, de mieux vivre de leur travail de la terre, de mieux en tirer profit en restant sédentaire, et donc de limiter les flux migratoires
  • Inscrire les politiques publiques d’accompagnement du stockage du carbone dans les sols dans la durée, au-delà de la pratique habituelle d’un plan quinquennal, en retenant une autre échelle temporelle (demi-siècle ou siècle par exemple)
  • Investir pour l’avenir en soutenant des pratiques, des projets, et des politiques favorisant le stockage du carbone dans les sols avec des objectifs multiples “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Travailler à l’ouverture des marchés du carbone à de nouveaux secteurs comme l’agriculture et l’agroforesterie
  • Identifier des pratiques, des projets et des politiques à la recherche de financements entrant dans le cadre des objectifs des bailleurs de fonds (banques de développement, fondations, etc.)
  • Reconnaître que les sols sont vitaux pour la vie sur terre et que les sols vivants préservent la biodiversité

Et aussi...

  • Mobiliser les parties-prenantes pour les inciter à prendre des actions pour protéger les sols en faveur de la sécurité alimentaire et du climat.
  • Se fixer un objectif ambitieux en matière de soutien à des projets de développement facilitant la diffusion et la mise en œuvre de pratiques agricoles permettant d’augmenter et de stabiliser le taux de matière organique dans le sol et de préserver les sols agricoles de la dégradation.
  • Financer des projets de formations et de sensibilisation, de recherche et de développement ou la mise en place de systèmes de suivi du carbone des sols.
  • Appuyer au développement d’outils permettant d’estimer l’impact des projets de développement agricole en matière d’impact sur le carbone des sols.
  • Aider l’agriculture et la foresterie comme secteurs contribuant à la lutte contre le changement climatique.
  • Soutenir financièrement des projets de réhabilitation ou de préservation des sols agricoles.
  • Soutenir des projets de réhabilitation des sols

Institutions de rechercheet d'enseignement

Les Institutions de recherche et d'enseignement s'engagent à :

  • Appuyer une Initiative internationale sur les sols avec un triple objectif “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Proposer des modes de production mettant en valeur le potentiel des végétaux comme mécanisme de captage et de stockage du carbone atmosphérique
  • Lutter contre la dégradation des terres tout en ayant un impact positif sur la sécurité alimentaire
  • Reconnaître que les sols sont vitaux pour la vie sur terre et que les sols vivants préservent la biodiversité
  • S’inspirer et apprendre des pratiques culturales traditionnelles faisant une place de choix aux arbres au cœur de la production agricole, comme dans les systèmes agroforestiers
  • Relever le défi scientifique d’une meilleure connaissance du stockage du carbone dans les sols, stockage aux multiples effets bénéfiques, afin de mieux maitriser les facteurs favorables à ce stockage et l’équilibre entre les nutriments
  • Profiter du savoir scientifique pour élaborer de nouveaux systèmes de production sachant s’insiprer de pratiques traditionnelles pour accroître le stockage du carbone dans les sols
  • S’atteler au défi de l’élaboration de méthodes de mesures et d’évaluation des quantités de carbone stockées dans les sols et ce à moindre coût
  • Choisir de transmettre et promouvoir des savoirs et des pratiques en faveur de l’agro-écologie
  • Poursuivre les efforts entrepris pour reconnaître la place de l’agriculture dans la lutte contre le changement climatique

Et aussi...

  • Financer la mise en œuvre de projets de développement ou de recherche s’inscrivant dans la démarche de l’initiative « 4 pour 1 000 »
  • Mobiliser les parties-prenantes pour les inciter à prendre des actions pour protéger les sols en faveur de la sécurité alimentaire et du climat
  • Financer des projets de formations et de sensibilisation, de recherche et de développement ou la mise en place de systèmes de suivi du carbone des sols
  • Recenser, adapter et faciliter la diffusion des bonnes pratiques et s’assurer qu’elles correspondent bien aux attentes des producteurs, en lien avec la recherche, les acteurs du développement et les organisations professionnelles agricoles
  • Contribuer et encourager l’adoption de nouvelles pratiques permettant de stocker davantage de carbone tout en augmentant la fertilité et la résilience des sols, en lien avec la recherche, le développement et les autres parties prenantes
  • Encourager l’approvisionnement en produits issus de pratiques bénéfiques pour le carbone des sols comme elles le font pour la déforestation
  • Soutenir des projets de réhabilitation des sols

Organisations de producteursagricoles et forestiers

Les Organisations de producteurs agricoles et forestiers s'engagent à :

  • Appuyer une Initiative internationale sur les sols avec un triple objectif “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Soutenir l’agriculture et la foresterie comme secteurs contribuant à la lutte contre le changement climatique
  • Lutter contre la dégradation des terres tout en ayant un impact positif sur la sécurité alimentaire
  • Reconnaître que Stocker du carbone dans les sols c’est lutter contre le changement climatique, accroître leur fertilité, leur capacité de rétention d’eau et donc potentiellement les rendements, réduire leur sensibilité à l’érosion, c’est permettre à des familles rurales, des agriculteurs, de mieux vivre de leur travail de la terre, de mieux en tirer profit en restant sédentaire, et donc de limiter les flux migratoires
  • Proposer des modes de production mettant en valeur le potentiel des végétaux comme mécanisme de captage et de stockage du carbone atmosphérique
  • Permettre aux consommateurs de s’investir dans un processus de lutte contre le changement climatique via un choix de produits issus de mode de production agricole plus proche de la nature
  • Reconnaître que les sols sont vitaux pour la vie sur terre et que les sols vivants préservent la biodiversité
  • Adopter des modes de production plus proche de la nature (agro-écologie) tout en améliorant le retour sur investissement et en réduisant les coûts et en augmentant les rendements donc potentiellement les gains
  • S’inspirer et apprendre des pratiques culturales traditionnelles faisant une place de choix aux arbres au cœur de la production agricole, comme dans les systèmes agroforestiers
  • Profiter du savoir scientifique pour élaborer de nouveaux systèmes de production sachant s’insiprer de pratiques traditionnelles pour accroître le stockage du carbone dans les sols
  • Faire connaître des pratiques, des projets et des politiques pour lesquels le ou les porteur(s) recherche(nt) des financements
  • Trouver des causes, des projets, des agriculteurs, des forestiers, des communautés à défendre et à faire appuyer pour leur travail et contribution à l’effort collectif
  • Choisir de transmettre et promouvoir des savoirs et des pratiques en faveur de l’agro-écologie

Et aussi...

  • Accompagner la transition des systèmes agricoles à travers la mise en place d’un environnement réglementaire adapté
  • Mettre en place des programmes de formations pour les agriculteurs et les conseillers du développement agricole visant à améliorer la teneur des sols en matière organique
  • Accompagner la transition des systèmes agricoles à travers la mise en place d’un environnement réglementaire adapté
  • Adopter des politiques publiques adaptées, notamment en matière de foncier comme les Directives volontaires pour une gouvernance des régimes fonciers (CSA 2012) et de gestion durable des sols
  • Développer des politiques d’approvisionnement en produits agricoles encourageant la gestion durable des sols à travers la commande publique le cas échéant
  • Mobiliser les parties-prenantes pour les inciter à prendre des actions pour protéger les sols en faveur de la sécurité alimentaire et du climat
  • Lutter contre la dégradation des terres tout en ayant un impact positif sur la sécurité alimentaire
  • Inscrire les politiques publiques d’accompagnement du stockage du carbone dans les sols dans la durée, au-delà de la pratique habituelle d’un plan quinquennal, en retenant une autre échelle temporelle (demi-siècle ou siècle par exemple)
  • Aider l’agriculture et la foresterie comme secteurs contribuant à la lutte contre le changement climatique
  • Recenser, adapter et faciliter la diffusion des bonnes pratiques et s’assurer qu’elles correspondent bien aux attentes des producteurs, en lien avec la recherche, les acteurs du développement et les organisations professionnelles agricoles.
  • Contribuer et encourager l’adoption de nouvelles pratiques permettant de stocker davantage de carbone tout en augmentant la fertilité et la résilience des sols, en lien avec la recherche, le développement et les autres parties prenantes.
  • S’inspirer et apprendre des pratiques culturales traditionnelles faisant une place de choix aux arbres au cœur de la production agricole, comme dans les systèmes agroforestiers

Organisations de la société civile,Associations et fondations à but non lucratif

Les Organisations de la société civile, associations et fondations à but non lucratif s'engagent à :

  • Appuyer une Initiative internationale sur les sols avec un triple objectif “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Soutenir l’agriculture et la foresterie comme secteurs contribuant à la lutte contre le changement climatique
  • Permettre aux consommateurs de s’investir dans un processus de lutte contre le changement climatique via un choix de produits issus de mode de production agricole plus proche de la nature
  • Reconnaître que les sols sont vitaux pour la vie sur terre et que les sols vivants préservent la biodiversité
  • Reconnaître que Stocker du carbone dans les sols c’est lutter contre le changement climatique, accroître leur fertilité, leur capacité de rétention d’eau et donc potentiellement les rendements, réduire leur sensibilité à l’érosion, c’est permettre à des familles rurales, des agriculteurs, de mieux vivre de leur travail de la terre, de mieux en tirer profit en restant sédentaire, et donc de limiter les flux migratoires
  • Investir pour l’avenir en soutenant des pratiques, des projets, et des politiques favorisant le stockage du carbone dans les sols avec des objectifs multiples “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Poursuivre les efforts entrepris pour reconnaître la place de l’agriculture dans la lutte contre le changement climatique
  • Trouver des causes, des projets, des agriculteurs, des forestiers, des communautés à défendre et à faire appuyer pour leur travail et contribution à l’effort collectif
  • Travailler à l’ouverture des marchés du carbone à de nouveaux secteurs comme l’agriculture et l’agroforesterie
  • Faire connaître des pratiques, des projets et des politiques pour lesquels le ou les porteur(s) recherche(nt) des financements

Et aussi...

  • Adopter des politiques publiques adaptées, notamment en matière de foncier comme les Directives volontaires pour une gouvernance des régimes fonciers (CSA 2012) et de gestion durable des sols
  • Développer des politiques d’approvisionnement en produits agricoles encourageant la gestion durable des sols à travers la commande publique le cas échéant
  • Mobiliser les parties-prenantes pour les inciter à prendre des actions pour protéger les sols en faveur de la sécurité alimentaire et du climat
  • Se fixer un objectif ambitieux en matière de soutien à des projets de développement facilitant la diffusion et la mise en œuvre de pratiques agricoles permettant d’augmenter et de stabiliser le taux de matière organique dans le sol et de préserver les sols agricoles de la dégradation
  • Appuyer au développement d’outils permettant d’estimer l’impact des projets de développement agricole en matière d’impact sur le carbone des sols.
  • Recenser, adapter et faciliter la diffusion des bonnes pratiques et s’assurer qu’elles correspondent bien aux attentes des producteurs, en lien avec la recherche, les acteurs du développement et les organisations professionnelles agricoles.
  • S’inspirer et apprendre des pratiques culturales traditionnelles faisant une place de choix aux arbres au cœur de la production agricole, comme dans les systèmes agroforestiers

Organisations à caractère Commercial ou à but lucratif

Les Organisations à caractère commercial ou à but lucratif s'engagent à :

  • Appuyer une Initiative internationale sur les sols avec un triple objectif “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Soutenir l’agriculture et la foresterie comme secteurs contribuant à la lutte contre le changement climatique
  • Proposer des modes de production mettant en valeur le potentiel des végétaux comme mécanisme de captage et de stockage du carbone atmosphérique
  • Lutter contre la dégradation des terres tout en ayant un impact positif sur la sécurité alimentaire
  • Adopter des modes de production plus proche de la nature (agro-écologie) tout en améliorant le retour sur investissement et en réduisant les coûts et en augmentant les rendements donc potentiellement les gains
  • S’inspirer et apprendre des pratiques culturales traditionnelles faisant une place de choix aux arbres au cœur de la production agricole, comme dans les systèmes agroforestiers
  • Profiter du savoir scientifique pour élaborer de nouveaux systèmes de production sachant s’insiprer de pratiques traditionnelles pour accroître le stockage du carbone dans les sols
  • Travailler à l’ouverture des marchés du carbone à de nouveaux secteurs comme l’agriculture et l’agroforesterie
  • Faire connaître des pratiques, des projets et des politiques pour lesquels le ou les porteur(s) recherche(nt) des financements
  • Permettre aux consommateurs de s’investir dans un processus de lutte contre le changement climatique via un choix de produits issus de mode de production agricole plus proche de la nature
  • Reconnaître que les sols sont vitaux pour la vie sur terre et que les sols vivants préservent la biodiversité
  • Reconnaitre que Stocker du carbone dans les sols c’est lutter contre le changement climatique, accroître leur fertilité, leur capacité de rétention d’eau et donc potentiellement les rendements, réduire leur sensibilité à l’érosion, c’est permettre à des familles rurales, des agriculteurs, de mieux vivre de leur travail de la terre, de mieux en tirer profit en restant sédentaire, et donc de limiter les flux migratoires
  • S’atteler au défi de l’élaboration de méthodes de mesures et d’évaluation des quantités de carbone stockées dans les sols et ce à moindre coût
  • Investir pour l’avenir en soutenant des pratiques, des projets, et des politiques favorisant le stockage du carbone dans les sols avec des objectifs multiples “gagnant-gagnant-gagnant”
  • Poursuivre les efforts entrepris pour reconnaître la place de l’agriculture dans la lutte contre le changement climatique
  • Choisir de transmettre et promouvoir des savoirs et des pratiques en faveur de l’agro-écologie

Et aussi...

  • Développer des politiques d’approvisionnement en produits agricoles encourageant la gestion durable des sols à travers la commande publique le cas échéant
  • Mobiliser les parties-prenantes pour les inciter à prendre des actions pour protéger les sols en faveur de la sécurité alimentaire et du climat
  • Contribuer et encourager l’adoption de nouvelles pratiques permettant de stocker davantage de carbone tout en augmentant la fertilité et la résilience des sols, en lien avec la recherche, le développement et les autres parties prenantes
  • Encourager l’approvisionnement en produits issus de pratiques bénéfiques pour le carbone des sols comme elles le font pour la déforestation
  • Soutenir financièrement des projets de réhabilitation ou de préservation des sols agricoles
  • Proscrire des chaînes d’approvisionnement les produits issus de pratiques induisant la dégradation des sols
  • Soutenir des projets de réhabilitation des sols

Cartographie des membres et des partenairesde l'Initiative "4 pour 1000"

Nos Appels à projets pour évaluation formative

Prêt à rejoindre l’Initiative “4 pour 1000” ?

Contribuer aux ressources budgétaires ou humaines de l’Initiative “4 pour 1000”

Share This